03 octobre 2006

Au commencement

Ce blog va essayer de raconter la transformation d'un jardin classique, équipé de différentes plantes et arbustes plus ou moins aléatoires, en jardin d'inspiration japonaise.

"D'inspiration japonaise" parce que les puristes trouveront certainement que ce qui est réalisé n'est pas vraiment un jardin japonais respectant toutes les règles du genre.

Le terrain fait un peu plus de 700 m², surface de la maison incluse. Il se trouve dans la région nantaise ; le climat est donc océanique. Un bois longe le terrain au nord. Sur les côtés sud et ouest, un mur d'environ 1,80m de hauteur. A l'est, du côté de la rue, un muret et une haie en retrait à l'intérieur.



A l'origine des temps (c'est-à-dire avant le commencement de la transformation), on trouve sur le terrain :
  • en façade, côté rue, une petite zone engazonnée (c'est la partie gauche de la photo de gauche, ci-dessous). Sur les limites de propriété, la zone est bordée d'une haie d'environ 2m et d'un muret. Une seule plantation dans cette zone (à part la haie) : un arbre plutôt moche.
  • deux massifs longeant les deux façades nord de la maison : le premier (partie de droite de la photo de gauche, ci-dessus) se trouve le long de la zone de stationnement en bitume, il contient différents arbustes, dont quelques moches qui seront supprimés. Le second massif est une bande longitudinale d'environ 1m de largeur, collée au mur du garage (photo de droite ci-dessus) ; il contient des tiges desséchées de fleurs quelconques ; il est lui-même longé par un chemin de dalles, également rectiligne.


  • à l'arrière de la maison (photo ci-dessus), la principale surface engazonnée. Dans cette zone, le long du mur de séparation, on trouve en vrac : un laurier, un arbre/buisson géant non identifié mais sans intérêt, un framboisier, des pieds de mûriers sans épines, un gros arbuste touffu quelconque, un rosier... Dans le coin nord-est du terrain, il y a cinq platanes (on les voit sur la petite photo de droite au-dessus), qui resteront bien entendu en place dans la transformation. Sur la pelouse, un pêcher qui produit trop de pêches (dont elles tombent et pourrissent dans la pelouse), un buisson-rosier, un minuscule bananier, un autre pêcher (plus jeune), un buisson plus ou moins en forme de boule...

| Plan schématique du jardin, au départ |

Quelques idées générales :
  • suppression de toutes les plantes moches ou sans intérêt ou hors sujet par rapport à l'idée de jardin japonais
  • plantation de plantes plus adaptées et plus jolies : bambous, conifères tortueux, très peu de fleurs (quelques azalées)...
  • ajouter des pierres
  • faire des massifs qui ont du style
Voilà, ça va sûrement prendre des mois, et des années avant que le vrai résultat ne soit visible. Donc il faut commencer rapidement.

2 commentaires:

laurent seux a dit…

je me permet juste une petite remarque , il n'y a pas de plantes moches mais des plantes non adaptées a nos desirs ... amicalement laurent

Dr Chewbacca a dit…

Disons que la mocheté est assez subjective, par définition, donc en ce sens il y a bien des plantes moches et d'autres belles. Par contre certains peuvent trouver belles des plantes que d'autres trouveront moches, et vice versa.